La pollution de l’air tue plus de 500 000 personnes prématurément en Europe.

Pollution

Responsive image

© Grzegorz Mleczek

 

 

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) a publié, le 29 octobre 2018, son rapport 2018 sur la qualité de l’air en Europe. Aujourd’hui, on a dépassé les 500 000 décès prématurés.

Selon l’agence, les concentrations de particules fines (PM2,5) ont été responsables d’environ 422 000 décès prématurés (avant l’âge de l’espérance de vie) dans l’ensemble des 41 pays européens en 2015, dont 391 000 dans les 28 États membres de l’Union européenne (UE).

Soit une légère baisse par rapport à 2014 où le bilan macabre atteignait 399 000 à l’échelle de l’UE. C’est l’Allemagne qui paie le plus lourd tribut (62 300) devant la Pologne (60 600), l’Italie (44 500) et la France (35 800).

Le rapport de l’AEE est établi à partir des données collectées par plus de 2 500 stations de surveillance de la qualité de l’air réparties à travers l’Europe.

Concernant les PM2,5, le pourcentage de la population urbaine de l’UE exposée à des concentrations supérieures aux limites européennes (20 microgrammes/cube [µg/m3]en moyenne annuelle) était de 6 % en 2016, contre 7 % l’année précédente. Mais cette proportion grimpe à 74 % si on se réfère aux normes de l’OMS, deux fois plus protectrices.

La valeur limite annuelle continue aussi à être « largement dépassée dans l’ensemble de l’Europe » pour le dioxyde d’azote (NO2), gaz principalement émis par les moteurs diesel.

Un constat qui vaut aussi pour la France. Le ministère de la transition écologique et solidaire a publié, le 26 octobre 2018, son bilan national de la qualité de l’air pour 2017. S’il insiste, comme le rapport de l’AEE, sur la tendance globale à l’amélioration depuis 2000, l’année 2017 reste marquée par des dépassements des normes européennes. Ils concernent douze agglomérations, dont Paris, Lyon et Marseille pour le NO2, et vingt-sept agglomérations pour l’ozone.

Des dépassements persistants qui valent à la France d’être renvoyée devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Rédigée par Anaïs Lopez