L’enseignement supérieur pour pallier au retard du numérique en Europe.

Pollution

Responsive image

© Patrick Robert Doyle

 

 

Les États-Unis et la Chine sont les leaders en intelligence artificielle (IA), Big data et Internet des Objets (IdO) ce qui met en difficulté l'Europe.

Quand la Commission européenne consacre 1,5 milliard d'euros au développement de l'IA, c’est 1 milliard de dollars que la prestigieuse université américaine du MIT investit à elle seule pour la même cause.

L'UE souffre de la comparaison des moyens déployés par les autres puissances mondiales mais l’enseignement (supérieur) peut instruire un changement de mentalité massif qui lui permettrait de reprendre pied.

La numérisation doit faire partie intégrante de l'enseignement: le codage et la manipulation des données devraient, par exemple, faire partie de chaque programme d'études (déjà le cas en Chine).

Les professeurs doivent former les étudiants à rechercher les informations pertinentes de manière autonome: ils doivent passer de fournisseur de connaissances à entraîneur éducatif.

Les universités européennes doivent encourager les étudiants à oser aller vers l'innovation et rechercher la technologie de rupture: considérer et accepter les échecs potentiels comme un pas vers la réussite, tels des entrepreneurs, et ce dès le primaire.

Ces futurs décideurs politiques et législateurs européens, doivent être conscients des conséquences de leurs décisions pour pouvoir trouver des solutions intelligentes garantissant la protection des données et de la vie privée (concepts dont l'Europe est fière sans pour autant empêcher les entreprises européennes de rivaliser à l'échelle mondiale).

Les réglementations strictes en matière de protection des données en Europe représentent un obstacle majeur au développement de l'IA.

Il est donc important de sensibiliser les étudiants et les générations futures à l’impact de la numérisation sur la société. De nombreux employés perdront leur emploi et seront remplacés par l'automatisation et la robotique ce qui créera d'énormes défis pour toutes les futures sociétés européennes mais aussi et surtout sur la scène mondiale.

Les étudiants doivent être conscients de ces changements et capables de contribuer à un monde durable et équitable dans lequel chacun a sa place dans la société.

Rédigée par Anaïs Lopez